Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La France

  • De l'antisémitisme aujourd'hui

    "Si, en France et en Europe, les peuples se choisissent un destin populiste xénophobe et antisémite, les Juifs continueront à quitter l'Europe."

    Beate et Serge Klarsfeld, Mémoires.

                                     ***

    Lire la suite

  • "La force d'une conviction", par Robert Badinter

    "Klaus Barbie avait été le chef de la Gestapo de Lyon. Or c'est à Lyon, rue Sainte-Catherine, le 9 février 1943, qu'avait été arrêté mon père, avec d'autres Juifs, lors d'une rafle. Déporté, mon père était mort au camp d'extermination de Sobibor. C'était donc l'assassin de mon père que le destin avait conduit, par des voies extraordinaires, jusqu'à moi qui avait la responsabilité première, comme ministre de la Justice, de veiller à ce qu'il soit jugé conformément au droit.

    Quelques mois après le retour à Lyon de Klaus Barbie, je reçus sous pli personnel, du procureur général Truche, la photographie d'un document du dossier dont il souhaitait que je prenne connaissance : c'était l'ordre de déportation des Juifs arrêtés rue Sainte-Catherine. Le nom de mon père, Simon Badinter, y était inscrit. Le document était signé : "Klaus Barbie". Mon père était un de ces Juifs russes, nés avant le début du XXème siècle, étudiant pauvre à Moscou, qui vouaient à la République française un culte dont ceux qui ont connu ces immigrés ont mesuré l'intensité. Seul, dans mon bureau de la Chancellerie, je contemplai cet ordre de mettre à mort mon père. Car Barbie savait ce que déporter un Juif signifiait, lui qui répétait : "Fusiller ou déporter, c'est la même chose." Souvent j'avais entendu des partisans de la peine de mort me lancer : "Si c'était un de vos parents que l'assassin avait tué, vous ne parleriez pas comme vous le faites." J'étais arrivé à ce point extrême où se mesure la force d'une conviction."

    Robert Badinter, Les épines et les roses.

  • Des partis et des hommes

    "Qu'est-ce que c'est "être un homme ?" Si c'est être courageux, je le suis. Viril aussi. Égoïste, aussi."

    Françoise Sagan.

                                              ***

    Lire la suite

  • À bon entendeur, salut !

    "Le mot de loi est aussi vague que celui de nature ; en abusant de celui-ci, l'on renverse la société ; en abusant de l'autre, on la tyrannise. S'il fallait choisir entre les deux, je dirais que le mot de nature réveille au moins une idée à peu près la même chez tous les hommes, tandis que celui de loi peut s'appliquer aux idées les plus opposées.

    Quand, à d'horribles époques, on nous a commandé le meurtre, la délation, l'espionnage, on ne nous les a pas commandés au nom de la nature, tout le monde aurait senti qu'il y avait contradiction dans les termes. On nous les a commandés au nom de la loi, et il n'y a plus eu de contradiction.

    L'obéissance à la loi est un devoir : mais, comme tous les devoirs, il n'est pas absolu, il est relatif ; il repose sur la supposition que la loi part d'une source légitime, et se renferme dans de justes bornes. Ce devoir ne cesse pas, lorsque la loi ne s'écarte de cette règle qu'à quelques égards. Nous devons au repos public beaucoup de sacrifices ; nous nous rendrions coupables aux yeux de la morale, si, par un attachement trop inflexible à nos droits, nous troublions la tranquillité, dès qu'on nous semble, au nom de la loi, leur porter atteinte. Mais aucun devoir ne nous lie envers des lois telles que celles que l'on faisait, par exemple, en 1793, ou même plus tard, et dont l'influence corruptrice menace les plus nobles parties de notre existence. Aucun devoir ne nous lierait envers des lois qui, non seulement restreindraient nos libertés légitimes, et s'opposeraient à des actions qu'elles n'auraient pas le droit d'interdire, mais qui nous en commanderaient de contraires aux principes éternels de justice ou de pitié, que l'homme ne peut cesser d'observer sans démentir sa nature."

    Benjamin Constant, Écrits politiques.

                                                   ***

    Lire la suite

  • Agir sans attendre

    "Tu montreras ma tête au peuple, elle en vaut bien la peine."

    Georges Jacques Danton, au bourreau qui allait le guillotiner.

                                        ***

    Lire la suite

  • De Jules César

    Les passions semblent se déchaîner. C'est "la guerre de tous contre tous" décrite par Thomas Hobbes. Quel sens garder ? Regarder la nature, le ciel et les saisons. Un oiseau passe, c'est un pigeon ou une colombe. Le vin de Champagne va couler pour fêter ou consoler. Déjà Le Monde montre des pronostics pour les élections régionales de décembre. Alea jacta est, ai-je envie d'ajouter (le sort en est jeté).

    Stéphane Mettetal.

  • Affaire Bettencourt "bis"

    "La fortune toujours du parti des grands crimes ; Les forfaits couronnés devenus légitimes."

    Alphonse de Lamartine.

                                                   ***

    Lire la suite