Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La République

  • Des francs-tireurs et des partisans

    Charles Tillon, dans Les FTP (francs-tireurs et partisans), publié chez Julliard en 1962, écrit :

    "la longue chaîne d'erreurs, de capitulations, de complicités avec le nazisme [de 1931 à 1939], dont le poids, retombant sur la nation [française], obligea les Français à une lutte inouïe."

    Ceux-ci "ont assisté à la réalisation méthodique, accélérée, du plan qui leur avait été clairement annoncé [par Hitler dans Mein Kampf] et au terme duquel leur tour devait arriver [après l'annexion de l'Autriche, de la Tchécoslovaquie par l'Allemagne, de l'Albanie par l'Italie, et cetera].

    Ils ne pouvaient pas ne pas le voir.

    Comment comprendre, devant l'évidence des faits, que tous les gouvernements en France aient accepté chaque fois le fait accompli, sachant, chaque fois, que la France s'en trouverait pour le moins affaiblie ?"

    Lire la suite

  • Du Moyen-Orient

    "En mai 1916 sont signés par Paul Cambon, ambassadeur de France à Londres et Sir Edward Grey, secrétaire d'État au Foreign Office [bureau des Affaires Étrangères britannique], les accords de partage des territoires du Moyen-Orient par les deux empires coloniaux [Grande-Bretagne et France]."

    Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud, Atlas du Moyen-Orient, Aux racines de la violence.

    ______________________________________

    Lire la suite

  • Cézanne, Monet, Tom et Simon

    "Écrire un roman, c'est comme se déshabiller. Faire un strip-tease : la jeune femme, sous d'impudiques projecteurs, se libère de ses vêtements, révélant un à un ses charmes secrets. De même l'écrivain dénude publiquement son intimité à travers ses romans."

    Mario Vargas Llosa, Les Secrets d'un roman.

    ___________________________________

    Lire la suite

  • Deux rencontres de Robert

    "Inspire nous, mon Dieu, conduy nostre entreprise."

    Amital, mère de Sedecie, Roy de Jérusalem, aux Roynes, femmes de celui-ci, pour le délivrer de Nabuchodonosor, Roy d'Assyrie, in

    Robert Garnier (dramaturge français du XVIème siècle), Les Juives.

    __________________________________

    Lire la suite

  • De l'Autriche, de la France

    "Pendant les derniers jours de la [seconde] guerre [mondiale] vécus par mon corps d'armée en Autriche, nous avons dû combattre et surmonter des résistances parfois acharnées des derniers éléments de l'armée allemande mais nous avons été accueillis par la population en libérateurs. On verra [dans la suite du texte] quels services les résistants vorarlbergeois [le Vorarlberg est un État fédéral à l'ouest de l'Autriche] nous ont rendus, guidant des colonnes, s'opposant à certaines destructions, neutralisant les autorités nazies subsistantes, et payant leur action de la vie d'un bon nombre d'entre eux, fusillés par les S.S."

    Général Béthouart, La bataille pour l'Autriche, Presses de la Cité 1965.

    __________________________________

    Lire la suite

  • Jésus et moi

    "Assis à cette table verte, nous observions les autres consommateurs, nous tâchions d'entendre ce qu'ils disaient, non par vulgaire curiosité mais par soif de compagnie humaine, pour être un peu, de loin, leurs amis. Nous aurions tant voulu en être. Nous nous rattrapions comme nous pouvions en écoutant. C'est laid ? Je ne trouve pas. Ce qui est laid, c'est que sur cette terre il ne suffise pas d'être tendre et naïf pour être accueilli à bras ouverts."

    Albert Cohen, Le livre de ma mère.

    ____________________________

    Lire la suite

  • De la Déportation et de la Résistance, en hommage à Rolande Trempé

    "Mon père a pris le chemin de Drancy, puis d'Auschwitz, où il est arrivé le 30 octobre 1943 par le 61ème convoi parti de France. Frappé par un Kapo [détenu chargé de commander les autres détenus, dans les camps de concentration nazis], il eut la force de répliquer en l'assommant, ce qui lui coûta la vie. En 1965, je me suis rendu à Auschwitz-Birkenau, là où il est mort. Là où j'aurais dû mourir, moi aussi, s'il ne nous avait pas sauvé la vie [à sa fille, son fils et son épouse, en les cachant] au sacrifice de la sienne. C'était l'hiver, il faisait un froid terrible, j'étais seul. Moi, le survivant, je me suis fait deux promesses : celle de défendre Israël ; et celle de défendre la mémoire des Juifs qui on péri durant la Shoah."

    Serge Klarsfeld, Le combat d'une vie, in La Traque des criminels nazis, éd. Tallandier, coll. Texto.

    ______________________________

    Lire la suite